L’ASCENSION, JOUR FÉRIÉ ET FÊTE CHRÉTIENNE

Signature du concordat : Source gallica.bnf.fr
Signature du concordat : Source gallica.bnf.fr

Le jeudi de l'Ascension commémore selon les textes chrétiens la montée au Ciel de Jésus, 40 jours après Pâques. L'Ascension est un jour officiellement férié depuis la signature du Concordat le 15 juillet 1801 entre Napoléon Bonaparte et le Saint-Siège dirigé par Pie VII. Le Concordat a mis fin à 10 années de conflit religieux entre le Vatican et la France.

 

Seulement 4 fêtes religieuses furent retenues comme chômées par cet accord (l'Ascension, l'Assomption, la Toussaint et Noël), mais les lundis de Pâques et de Pentecôte ont été rétablis comme fériés en 1886, pour des raisons commerciales et pratiques. On parle alors de « fêtes d'obligation ».

 

Malgré la séparation de l'Église et de l'État en 1905, ces quatre dates demeurent chômées dans l'ensemble de l’Hexagone.

Les Très Riches Heures du duc de Berry - « L’Ascension » - Bibliothèque du Château de Chantilly - Ms 65, f° 184r -
Les Très Riches Heures du duc de Berry - « L’Ascension » - Bibliothèque du Château de Chantilly - Ms 65, f° 184r -

Le terme « ascension » provient du latin ascendere qui signifie littéralement « monter », « s'élever » et désigne le fait pour Jésus de s'élever vers le ciel après avoir parlé aux apôtres une dernière fois. Cet évènement marque la fin de la vie terrestre de Jésus, 40 jours après Pâques, c'est-à-dire sa résurrection (passage de la mort à la vie suivant la crucifixion).

 

Divers courants ont fait connaître leur opposition au maintien de l'Ascension comme jour férié ces dernières années. En 2012, l'Association nationale des directeurs des ressources humaines proposait de « banaliser » trois fêtes chrétiennes (Ascension, lundi de Pentecôte et Assomption) pour les remplacer par des accords entreprise par entreprise : ce dispositif permettrait aux salariés d'autres confessions de ne pas travailler à l'occasion de certaines célébrations liées à leur propre croyance. À ce jour, ce projet n'a été repris par aucun gouvernement...

 

L'Ascension est un jour férié dans de nombreux pays comme l'Allemagne, la Belgique ou la Suisse (mais pas l'Italie, l'Espagne ou le Royaume-Uni).

Date de l'Ascension

La date de l'Ascension change chaque année mais coïncide toujours avec un jeudi, puisque la fête chrétienne « tombe » toujours 40 jours après Pâques.

La date de Pâques est fixée en fonction du Comput ecclésiastique, c'est-à-dire d'un ensemble de calculs utilisés par les Églises chrétiennes pour fixer le jour de certaines célébrations. Depuis le concile de Nicée qui s'est tenu en l'an 325, Pâques a lieu le dimanche suivant la première pleine lune qui suit le 21 mars, c'est-à-dire entre le 22 mars et le 25 avril. Étant donné que Pâques a toujours lieu un dimanche, le quarantième jour suivant Pâques est toujours un jeudi. La célébration de l'Ascension a donc toujours lieu un jeudi situé le 30 avril et le 3 juin.

En 2021, l’Ascension correspond au jeudi 13 mai et en 2022 elle aura lieu le 26 mai.

LA CHAPELLE DE L’ASCENSION À JÉRUSALEM

La chapelle de l'Ascension sur le Mont des Oliviers (Jérusalem).
La chapelle de l'Ascension sur le Mont des Oliviers (Jérusalem).

Construite au sommet du Mont des Oliviers à 818 m au-dessus du niveau de la mer, c'est un édicule qui faisait partie d'un complexe plus vaste comprenant une église et un monastère chrétiens à l'époque des croisades et qui aujourd'hui est intégré à la « Mosquée de l'Ascension ».

 

Le Mont des Oliviers est consacré très tôt par les Chrétiens. C’est ici que Jésus assure l’éducation de ses disciples, et qu’a lieu son ascension vers le ciel. Au centre de la mosquée se trouve la pierre sur laquelle, selon la tradition chrétienne, le pied de Jésus se serait appuyé lors de son ascension, 40 jours après Pâques.

Ce site a une telle importance pour les Chrétiens que Constantin érige au IVe siècle une église de l’Ascension. Dans l’esprit des Chrétiens de l’époque, c’est la troisième église par ordre d’importance, après le Saint-Sépulcre et l’église de la Nativité de Bethléem. Arculfe, pèlerin chrétien qui visite Jérusalem en 680, mentionne l’existence de cet édifice juste après sa description de l’église du Saint-Sépulcre, et il fait un dessin du plan de l’église de l’Ascension.

À l’époque médiévale, la construction est entourée d’un monastère fortifié. L’édifice actuel, octogonal et non plus circulaire, date sans doute en grande partie de la période croisée. 

En 1198, Saladin fait don de l’édifice à son successeur. En 1200, la rotonde à ciel ouvert devint une coupole fermée et un minaret fut rajouté ainsi qu’un mihrâb (niche décorée creusée dans un mur qui indique la qibla, c'est-à-dire la direction de la Kaaba à La Mecque). La transformation en mosquée est achevée mais son nom original est conservé. À l’époque de Saladin, cette pratique est très répandue, comme un rappel de l’ancienne fonction du lieu. Les chrétiens étaient autorisés à s’y rendre une fois par an, le jour de l’Ascension de Jésus, selon le rite orthodoxe. 

Bien que toujours sous l'autorité du Waqf de Jérusalem, cette mosquée est actuellement ouverte aux visiteurs de toutes les confessions, pour une somme modique. C’est la seule mosquée au monde qui autorise chaque année la célébration de l’Eucharistie à l’occasion de la fête de l’Ascension.


Articles connexes :


Écrire commentaire

Commentaires: 0