L’ICARE VOLANT : UNE ŒUVRE ESTIMÉE 200 000€ À VÉLIZY-VILLACOUBLAY

L’ICARE VOLANT de Maurice Calka, Place Bernard Dautier à Vélizy-Villacoublay.
L’ICARE VOLANT de Maurice Calka, Place Bernard Dautier à Vélizy-Villacoublay.

Pour vous rendre à la médiathèque, à la crèche, ou au restaurant municipal de Vélizy, vous traversez sans doute la Place Bernard Dautier. Peut-être par habitude, ne prêtez vous plus attention à la sculpture suspendue qui orne cette place. Elle représente le personnage mythique d’ICARE en plein vol.

 

D’une envergure d’environ 3m et longue de 2m 80, l’imposante sculpture en acier inoxydable (inox) a été réalisée par le sculpteur, designer et urbaniste, Maurice Calka (1921-1999), suite à une commande de la mairie de Vélizy-Villacoublay. « L’ICARE VOLANT » fût installé à cet emplacement en 1985. Et depuis, elle a pris de la valeur puisque selon certains experts, cette œuvre est tout de même estimée à 200 000€ !

© Maurice Calka
© Maurice Calka

Maurice Calka a bien entendu établi une corrélation entre le vol Icare et Vélizy-Villacoublay, une ville où l’aviation a fait ses premiers pas. Mais c’est aussi le symbole de la condition humaine en général, de ses limites, de ses désirs de dépassement, des rêves les plus audacieux couronnés ou non par le succès. Comme pour d’autres de ses sculptures, Maurice Calka s’est attaché à intégrer l’œuvre d’art dans son contexte architectural et urbain.

 

Photo : L'Icare Volant dans l'atelier de Maurice Calka au 1 bis de la rue Raffet à Paris 16ème.

(Cet atelier avec deux pavillons en bois et un petit jardin a eu la particularité d'avoir hébergé pendant près d'un siècle le talent de deux sculpteurs, Albert Bartholome et Maurice Calka.)

Il est souvent rapporté que Maurice Calka a pris comme modèle son fils pour réaliser cet ICARE VOLANT.

Eh bien, c’est une légende ! Vélizy Info a contacté, Serge Calka, le fils de Maurice pour lui poser la question :

 

Est-il exact que vous ayez servi de modèle pour la sculpture de l’ICARE VOLANT ?

« Non, pas du tout. En fait, c’est un journaliste de Libération, qui lors d’une visite de l’atelier de mon père qui existait encore à l’époque, a vu accroché au mur une photo de moi sur laquelle je soulevais ma veste en écartant mes bras pour imiter un avion. Il en a déduit que c’était cette pose qui avait inspiré Maurice Calka pour réaliser son Icare Volant. Mais en réalité, mon père ne m’a jamais demandé de poser pour cette sculpture.

L’ICARE VOLANT (1985) de Maurice Calka.
L’ICARE VOLANT (1985) de Maurice Calka.

Mais qui est Maurice Calka ?

Le sculpteur et designer Maurice Calka est né en 1921 à Lodz, en Pologne. Il a passé son enfance à Lille. Les talents de sculpteur de Maurice Calka furent remarqués dès l’âge de 17 ans par l’architecte Robert Mallet-Stevens, son professeur et directeur à l’École des Beaux-Arts de Lille.

Maurice Calka.
Maurice Calka.

En 1942, il rejoint les Forces Françaises Libres, mouvement de résistance fondé par le Général de Gaulle, puis reste dans l’armée jusqu’en 1945.  Après la Seconde Guerre Mondiale, Calka reprend ses études à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris (ENSBA), où il compte Marcel Gimond et Alfred Janniot parmi ses professeurs, et remporte le Grand Prix de Rome en 1950. Ce titre lui ouvre les portes de la Villa Médicis qui héberge depuis 1803 l’Académie de France à Rome, où il demeure pendant quatre ans. Ce séjour en Italie est un tournant dans la carrière de l’artiste car c’est ici que Calka approfondit son intérêt pour l’urbanisme et se lie d’amitié avec de nombreux artistes avec qui il instaurera de très belles collaborations.

 

Au cours de sa carrière, Maurice Calka travaille en France, mais aussi sur des projets internationaux, notamment 50 projets publics, allant de la sculpture aux bas-reliefs et aux objets multicolores. 

Deux œuvres ont acquis, de son vivant, une notoriété mondiale.

La première est une sculpture monumentale construite en pierre, à Addis-Abeba en Éthiopie, de 12 mètres de haut. Il s’agit du Lion de Juda, commandée par l’Empereur Haïlée Sélassié, lequel y voyait l’occasion d’exprimer une vision de l’Afrique entrant dans l’ère moderne (1955). Cette sculpture devint un symbole culturel.

La seconde est un bureau en plastique moulé, semblable à un galet poli et réalisé à la fin des années soixante en petite série, le « bureau Boomerang ». Devenant l’une des pièces les plus emblématiques des années pop, ce meuble préfigurera le design des objets de toute la décennie suivante, répertorié dans de nombreuses publications et expositions.

BUREAU « BOOMERANG » de Maurice Calka.
BUREAU « BOOMERANG » de Maurice Calka.
LION DE JUDA (1955) de Maurice Calka - Éthiopie
LION DE JUDA (1955) de Maurice Calka - Éthiopie

À Propos d’Icare

Dédale et Icare - Charles Paul Landon, 1799
Dédale et Icare - Charles Paul Landon, 1799

La légende de Dédale et Icare dans la mythologie Grecque

Dédale est un inventeur astucieux et l'architecte du Labyrinthe où Minos, roi de l’île de Crète, l'a fait enfermer avec son fils Icare. Dédale imagine un plan ingénieux pour s'évader. Il fabrique des ailes pour son fils et lui-même, à l’aide de plumes d’oiseaux et de cire de bougies. Tous deux prennent la fuite en s’envolant dans les airs. Après avoir échappé à un si grand danger, Icare, grisé par cette liberté retrouvée, se montre trop téméraire et vole toujours plus haut malgré les avertissements de son père. Alors, le soleil fait fondre la cire de ses ailes et Icare tombe dans la mer.

L'ICARE VOLANT

Place Bernard Dautier

78140 Vélizy-Villacoublay


Écrire commentaire

Commentaires: 0