VIDÉOSURVEILLANCE : PROTECTION OU CONTRÔLE ?

Le CSU de Vélizy dispose de 24 écrans (image d'illustration).
Le CSU de Vélizy dispose de 24 écrans (image d'illustration).

Lorsque qu’on franchit la porte du local du Centre de Supervision Urbain (CSU) de Vélizy-Villacoublay, juste à droite de l'entrée, se trouve un grand mur de 24 écrans qui diffusent en direct les images numériques des 90 caméras installées dans la ville. Celles-ci sont capables d’effectuer un zoom avec une précision telle qu’il sera possible de distinguer « pas une tête d’épingle, mais pas loin » selon le maire, Pascal Thévenot.

Devant ce mur, 7 opérateurs vidéoprotection se relaient et sont chargés de manipuler les caméras à distance à l'aide d'un joystick et de donner l’alerte aux policiers municipaux et/ou à la police nationale en cas de nécessité. Le dispositif fonctionne 24 h/24 h et les enregistrements sont conservés au maximum

1 mois conformément à la loi, avant un écrasement automatique. Ces images doivent servir à garantir la sécurité de la population, faciliter le travail de la police municipale/nationale et la résolution d'enquêtes. Policiers et parquet pourront avoir accès à ces enregistrements à toute fin utile.

Une atteinte à la vie privée est-elle possible ?

Pour les citoyens, que Vélizy.Info a interrogés à propos des caméras de vidéoprotection, il serait nécessaire de créer un comité d'éthique chargé de veiller au respect des lois et des règlements en vigueur concernant la vidéoprotection.

L’idée serait que ce comité éthique soit constitué de membres de la majorité municipale, de l'opposition, des conseils de quartier, de représentants de la police nationale, de la préfecture, du parquet.

Les citoyens de Vélizy-Villacoublay s’interrogent.

Parmi les citoyens rencontrés, certains craignent une atteinte à leur vie privée avec ces caméras orientables avec un zoom si précis… De nombreuses questions reviennent fréquemment :

-  Est-ce qu’un masquage sera automatiquement déclenché si un zoom est effectué sur une habitation, pour protéger la vie privée des habitants ? 

- Quid des infractions au Code de la route ?

- Hormis les agents de vidéoprotection, qui pourra visualiser les images ?

- Une dérive est possible pour suivre les déplacements du simple citoyen ou opposants politiques ?

- Qui contrôlera que l’accès au local du Centre de Supervision Urbain est uniquement et strictement autorisé aux seules personnes habilitées ?

- Quel est le coût de fonctionnement du système de vidéoprotection à l’année ?

- Quels sont les statistiques concernant les flagrants délits réalisés grâce aux caméras ?

- Quels sont les précautions prises contre les risques de piratages du flux vidéo des caméras ?

...

À titre d’exemple, et même si cela n’est rien en comparaison avec les capacités techniques des caméras numériques de dernière génération, voici une webcam diffusant des images en direct de la ville d’Amiens. Imaginez ce qu’il est possible de faire avec une caméra pivotant à 360° et offrant la possibilité de zoomer jusqu’à 200 voire 300 fois avec une qualité d'image HD.

Une autre webcam installée dans la ville d’Elburg au Pays-Bas, qui scrute en permanence les passants de cette rue commerçante…

Et pour avoir un petit aperçu d’un zoom « moyen », une webcam installée à Amsterdam.

Un avis de spécialiste sur la vidéoprotection.

Sorti le mois dernier en librairie, un ouvrage de Laurent Mucchielli, directeur de recherches au CNRS, intitulé « Vous êtes filmés ! Enquête sur le bluff de la vidéosurveillance » évoque la dérive des installations de caméras de surveillance. Après avoir enquêté dans trois villes françaises emblématiques, Laurent Mucchielli dresse un constat sans appel : la vidéosurveillance n’est pas et ne sera jamais un outil important de lutte contre la délinquance et encore moins contre le terrorisme. À l’occasion de la sortie de son livre, il nous expose quelques éléments de réflexion…

Laurent Mucchielli est directeur de recherche au CNRS (Laboratoire méditerranéen de Sociologie) et enseigne la sociologie de la délinquance à l’université d’Aix-Marseille. Il est l’un des meilleurs spécialistes des questions de sécurité et de prévention en France.

Laurent Mucchielli interrogé par Yves Calvi dans l’émission l’INVITÉ RTL (mars 2018)

Vous êtes filmés ! Enquête sur le bluff de la vidéosurveillance

Auteur : Laurent Mucchielli

Éditeur : Armand Colin

232 pages

Prix : 17.90 €

 

Article connexe


Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    Nono (vendredi, 07 septembre 2018 11:56)

    La ville de Vélizy et ses alentours sont-elles sous vidéo verbalisation ?Ou seulement vidéosurveillance ?

    Peut-on être verbalisé ?

    Cordialement.

  • #2

    Vélizy Info (vendredi, 07 septembre 2018 13:00)

    Bonjour « Nono »
    Jusqu’à présent les caméras installées à Vélizy-Villacoublay sont utilisées uniquement dans un cadre de vidéosurveillance.
    Bonne journée à vous.

  • #3

    Nono (vendredi, 07 septembre 2018 16:27)

    D'accord car malheureusement j'ai vu que l'un des feux rouge était défaillant à la sortie de Vélizy ce qui peut mener involontairement à une infraction ou en tout cas à un doute pour les usagers. Cela peut être dangereux